Rechercher :
Accueil La société Informations Outils Services Produits Contacts
Connexion Enregistrez-vous
Retour à l'accueil > Produits > Groupements Forestiers (GFF, GFI) > Groupements Forestiers (GFF, GFI) : principales caractéristiques
Inscription à la newsletter
Inscrivez vous gratuitement à notre Newsletter !
voir un exemple
Pour nous contacter
Nos partenaires

Principales caractéristiques des groupements fonciers forestiers (GFF, GFI)

Régime juridique. Les groupements forestiers sont des sociétés civiles particulières régies par les dispositions du code civil, sauf dispositions particulières du code forestier. Ces groupements doivent avoir un objet exclusivement civil : constitution, amélioration, équipement, conservation ou gestion d'un ou plusieurs massifs forestiers, acquisition de forêts ou de terrains à boiser à l'exclusion de toutes opérations telles que la transformation des produits qui ne constitueraient pas un prolongement normal de l'activité agricole. Sur autorisation administrative, ils ont la possibilité d'inclure parmi les forêts et terrains à reboiser qu'ils possèdent des terrains à vocation pastorale, mais leur superficie ne doit pas excéder une certaine limite fixée par arrêté préfectoral. Le capital social ne peut pas être représenté par des titres négociables.

Liquidité. Les associés d'un groupement forestier peuvent se retirer totalement ou partiellement de celui -ci dans les conditions prévues par les statuts. A défaut, leur retrait ne peut être autorisé que par une décision unanime des autres associés. Généralement les groupements organisent la liquidité de la manière suivante : en priorité par exercice du droit de retrait dans la limite de la trésorerie disponible, puis en proposant les parts aux associés du groupement ou à des investisseurs extérieurs et, en dernière extrémité par la vente d’actifs. La liquidité des groupements dépend en pratique à la fois de la qualité de la gestion et de la capacité du gestionnaire à organiser le marché secondaire. L’investisseur doit pouvoir patienter lorsqu’il décide de sortir du groupement si ce dernier ne dispose pas de la trésorerie suffisante.

Rentabilité. La rentabilité forestière dépend principalement de l’évolution de la valeur du foncier, de la croissance et de l’amélioration du stock de bois dans le temps, des revenus des ventes de bois et des revenus complémentaires (droits de chasse par exemple). Elle peut être fortement affectée dans sa performance globale par le prix d’achat d’origine (cycle du marché des forêts), par le prix de vente des coupes de bois réalisées (cycle des prix du marché du bois) et par une mauvaise gestion.

Le foncier représente depuis les années 80, une valeur d’actif plutôt stable sur le long terme. En euro constant, c’est-à-dire net d’inflation, le prix des terres a baissé au cours des années 80 pour repartir à la hausse depuis 1997. Le bois est, quant à lui, un produit consommable dont les prix sont dictés par la loi de l’offre et de la demande. La tendance est à l’augmentation des valeurs dans le temps, sujettes à une assez forte volatilité sur des cycles courts. En euro constant et en dépit de la baisse constatée en 2008, le prix du bois s'est apprécié depuis les tempêtes de 1999.
Sur un cycle complet de rotation du capital forestier (30 ans), il est raisonnable d’attendre un revenu annuel net moyen d’environ 2% et une évolution de la valeur des parts proche de l’inflation.
Pour plus d’informations sur l’évolution des prix des forêts, vous pouvez consulter la dernière étude annuelle de la FNSAFER à l’adresse : http://www.safer.fr/iso_album/indicateur-2015-complet.pdf

Voir notre sélection de GFF

En savoir plus sur les avantages fiscaux des GFF

En savoir plus sur les avantages et inconvénients de ces investissements

Mentions Légales - CNILConditions Générales d'Utilisation
Plan du siteLiens